Le 28.02.2013 une Recommandation de l’Union européenne demande à tous  les États membres de l’UE de créer une garantie pour la jeunesse. Cette garantie pour la jeunesse prévoit que les jeunes en-dessous de 25 ans se voient proposer dans les quatre mois suivant leur sortie de l’enseignement ou suivant leur perte d’emploi une offre de qualité qui peut comprendre un emploi, un retour à la scolarité, un apprentissage, une formation ou un stage.

Objectifs:

• Accompagner les jeunes très vite

• Réduire au maximum la période d’inactivité

• Réduire le décrochage scolaire (stratégie Europe 2020)

• Réduire le taux de pauvreté des pays membres (stratégie Europe2020)

Les motifs:

• Crise économique: les jeunes sont la classe d’âge la plus touchée

• Février 2008 – avril 2013: le taux de chômage des jeunes européens (15-25 ans) est passé de 15% à 23% (hausse de plus de 50%)

• Au Luxembourg: le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans a atteint 19,2% en juillet 2013.

Les idées d’action:

• Renforcer la collaboration entre tous les acteurs (services d’emploi, orientation, formation, dérochage scolaire, travail  jeunesse avec les patrons, syndicats, organisations représentatives de la jeunesse)

• Prévention et intervention précoce pour prendre contact avec les jeunes sans emploi au plus vite, pour empêcher qu’il ne glisse dans le chômage de longue durée

• Création de points de contact locaux, des bureaux d’information et d’accompagnement pour jeunes pour faciliter le premier contact et l’accès des jeunes aux mesures d’aide

• Accompagnement et support personnalisé pour les jeunes moins qualifiés pour leur permettre de réintégrer l’enseignement  ou le marché de l’emploi.(Accompagnement individuel avec des mesures d’emploi personnalisées)

• Mise en place de programmes contre le décrochage scolaire, l’ouverture à l’enseignement pour personnes non-qualifiées, création d’écoles de la 2ème chance, promotion de l’entrepreneuriat et la reconnaissance et la validation des apprentissages de l’éducation non-formelle 

Au Luxembourg

Actuellement le Luxembourg est en phase de développement de la mesure : les Ministères consultent différentes structures pour alimenter le contenu de cette « Garantie Jeunes ». Il existe déjà plusieurs projets pilotes. Avant les élections du 20 octobre dernier, l’intention du Gouvernement était qu’elle soit en place pour juin 2014 et ciblerait 1200 à 2000 jeunes selon les interlocuteurs.

Dans le cadre du « Dialogue Structuré National » et pour pouvoir informer la jeunesse sur ce que cette mesure pourrait ou devrait être, le CIJ a rencontré plusieurs acteurs du monde économique, social et syndical.

 Voici quelques avis que nous avons sélectionnés au sujet de cette Garantie Jeunes et de 9 thèmes qui s’y rapportent. Le sujet vous intéresse ? Retrouvez plus de témoignages et d’infos sur :

cij.lu/garantiejeunes

Quelques points de réflexion…

I – GARANTIE JEUNES ?

La Garantie pour la Jeunesse donne droit au jeune de 18 à 25 ans à bénéficier endéans 4 mois d’une mesure d’insertion professionnelle qui peut prendre la forme d’une orientation, d’une formation, d’un apprentissage, d’un stage, d’un volontariat ou d’un contrat de travail.

II – GARANTIE SOCIALE ?

Comme jeune qui se trouve en situation de transition vers la vie adulte, on se voit confronté à la recherche d’un revenu régulier, mais également à la recherche d’une vie autonome et d’un logement propre. Certains, en décrochage scolaire ou non-qualifiés, ont non seulement difficile à trouver un travail, mais se trouvent également dans l’instabilité familiale, sociale, de logement ou de santé.

III – LES STAGES ET L’APPRENTISSAGE : UNE SOLUTION ? COMMENT S’Y PRENDRE ?

Les stages réalisés par les élèves dans le cadre de l’apprentissage d’un métier et  dans le cadre de l’orientation scolaire, organisé au sein de l’enseignement secondaire, sont réglementés par la loi. Par contre, une base légale pour effectuer des stages en dehors du système scolaire et du système de formation professionnelle pour faire connaissance d’un métier, d’une entreprise ou pour faire une expérience dans un secteur spécifique, fait actuellement défaut.

IV – LES PATRONS ET LEURS RESPONSABILITÉS

Selon les estimations, 1200 à 1900 jeunes demandeurs d’emploi entre 18 et 25 ans, recensés au Luxembourg, ne sont actuellement ni en formation, ni dans une mesure d’insertion professionnelle. Pour que ces jeunes puissent bénéficier de la Garantie pour la Jeunesse, les patrons sont des partenaires importants.

V – LES JEUNES ET LEURS RESPONSABILITÉS

La Garantie pour la Jeunesse entre le jeune, le patron et/ou le service public de l’emploi sera formalisée par une convention de collaboration où les différents acteurs s’engagent à respecter certaines procédures.

VI – LE RÔLE DU TRAVAILJEUNESSE

Le travail jeunesse réalisé au sein des maisons de jeunes, des organisations agissant en faveur de la jeunesse et des mouvements de jeunes a pour objectif de promouvoir le développement vers l’autonomie, les compétences sociales et professionnelles ainsi que l’engagement social et citoyen. Le travail jeunesse se base sur les principes de la libre participation du jeune (sur base d’un engagement bénévole ou volontaire), une activité libre et ouverte sans que les résultats soient définis à l’avance et la conception de l’action par le jeune même.

VII – L’AMBIANCE À L’ÉCOLE ET LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE

L’école est un lieu de vie important. On y va pas seulement pour assister aux cours, mais dans un climat scolaire plus global, on participe à des projets d’école, des évènements en interne ou avec des partenaires venant de l’extérieur, des activités d’information sur des sujets très divers (santé, environnement, culture, …), des voyages d’étude et des activités d’aide individuelle (tutorat, coach et SPOS).

VIII – L’ORIENTATION SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE

Au sein de l’école, l’orientation scolaire et professionnelle est organisée différemment selon les régimes et les niveaux de l’enseignement.

IX – LA MAISON DE L’ORIENTATION IDÉALE

La Maison de l’orientation est un guichet unique s’adressant aux jeunes qui propose des services d’information, d’orientation et d’accompagnement aux démarches de recherche d’une formation ou d’un emploi. La structure commune regroupe différents services et administrations, séparés auparavant tels le Service d’orientation professionnelle de l’ADEM, l’Action Locale pour Jeunes et la Cellule d’accueil pour élèves nouveaux arrivants, le Centre de Psychologie et d’Orientation Scolaires et le Service nationale de la Jeunesse.

X – SE SENTIR UTILE ET RESTER MOTIVÉ

Le sentiment de l’efficacité personnelle (self-efficacy) représente la croyance d’un individu dans ses propres capacités à réaliser des tâches et à atteindre des objectifs. Il s’agit d’une ressource importante qui permet de mettre en œuvre ses compétences dans des  situations de performance, à l’école comme au  lieu de travail. Beaucoup de  jeunes décrocheurs scolaires ou de jeunes non-qualifiés sont résignés face à leur situation, ne croient plus dans leurs propres compétence set leur intégration professionnelle est vouée à l’échec. Pourtant, de nombreuses initiatives montrent que la participation à des projets ou à des expériences positives apprend au jeune comment être maître de sa propre situation.